Réflexion après une écriture automatique
Bien-être

J’ai testé… l’écriture automatique du matin

Ce qui va suivre sont des lignes rédigées pendant dix minutes deux matins de suite, sans réfléchir, au pied du lit, j’ai pris mon téléphone et j’ai écrit ce qui me passait par la tête. Cela s’appelle l’écriture automatique. Ecrire sans recul et sans s’arrêter.

 

C’est un excellent moyen de laisser place à la créativité la plus profonde, de s’écouter et je pense aussi que c’est une méthode très efficace d’auto-thérapie. Il est préférable de le pratiquer le matin ou le soir, des moments où notre cerveau n’est pas bien éveillé et n’a pas la faculté de se censurer. L’auto-censure c’est souvent ce qui arrive quand on écrit en étant lu. Du coup, je me suis mise à cette pratique mais je ne compte pas publier tout ce que j’écris évidemment. Ils seront pour moi. Ces premiers sont softs donc publiables.

 

En me relisant, c’est drôle de voir à quel point ces deux réveils sont différents. Dans le premier, j’ai l’impression de lire quelqu’un en dépression alors que non, je suis bel et bien heureuse de vivre, mais ça traduit bien ma frustration du moment. Le second me ressemble un peu plus peut-être, avec mes réflexions sur l’auto-contrôle.
 

Voilà je vous les livre ici, sans correction à part deux ou trois fautes de frappe histoire de, mais on voit bien que certaines phrases peuvent être bancales sans retravail.

Écritures et pensées du matin

 
 

Ce matin je teste une nouvelle méthode d’écriture. Le matin avec la fatigue notre cerveau n’est pas encore apte à nous censurer. Du coup parfois l’écriture est plus créative.

Alors je m’accorde 15 minutes d’écriture pour voir ce qui sort de ma tête à cette heure-ci. Tout ce que je sais c’est que les matins sont durs pour moi, il faut dire que je me couche tard.

Heureusement que je sus bercée par mon doux réveil et sa délicieuse odeur d’huiles essentielles. Je sens maintenait que l’été arrive. La fenêtre n’est pas encore ouverte mais je sens désormais que la couverture est de trop. Mon corps est chaud. Il est aussi chaud à cause des premières piqûres de moustiques que je gratte incessamment.
 

J’aimerais me rendormir. J’aimerais être encore en vacances ou alors c’est la journée qui arrive qui me motive peu. Travail encore et encore mais pas pour moi. Quand est-ce que je pourrai enfin me lever en me disant c’est pour moi ?! C’est mon projet, mon avenir, j’espère le concrétiser.

Alors je continue d’écrire pour faire venir les mots en moi, certains n’auront pas d’intérêt, seront futiles voire basiques mais dans le lot peut-être que nous allons dénicher des perles. Il faut dire que je ressens une certains frustration désormais de voir que ma plume rédactionnelle n’est plus celle qu’elle a été. Mon métier m’a déformé, le référencement m’a usé et j’ai besoin de retrouver un style, une âme dans ma ligne d’écriture. De toute façon, l’écriture c’est comme tout, c’est de l’entraînement, alors je vais travailler, peut-être pas tous les matins mais oui je me prêterais à cet exercice autant que je le peux.

Il me tarde de relire ces lignes à tête reposée quand je serai bien réveillée. La je n’ai qu’une envie, faire mon yoga, étirer ce corps qui en a tant besoin après une nuit recroquevillé. Oui il ne fait pas encore assez chaud pour que je ne dorme pas en boule.

Il est bientôt 7h45, cela signifie que mon réveil va sonner et cette fois pour de bon je me lèverai et irai me préparer pour affronter encore une journée. Affronter on dirait que je parle d’une bataille. J’exagère peut-être un peu il y a du positif dans ce que je fais mais j’y donne peu de sens c’est la faille.
 

 

2ème jour de cette routine matinale même si je ne sais pas si je vais faire ça tous les matins. C’est mon dernier lever avec mes 31 ans, on est à l’aube de mes 32 ans. Une année de plus et en même temps une fois j’avais lu ou entendu que c’est à 32 ans que la femme est plus belle, plus sûre d’elle.

C’est marrant car je pense qu’il doit y avoir un peu de vrai, je me suis jamais autant sentie autant l’âme aventurière et en accord avec moi-même même si je sais que y’a encore du travail.

L’écriture automatique en vrai c’est un peu comme la danse, quand tu réfléchis pas à tes pas c’est toujours plus puissant. Bon j’ai pas relu j’ai aucune idée de si ça va être potable. Mais c’est vrai quand tu danses seule chez toi, tu danses mille fois mieux que quand t’es entourée. Tu te lâches quoi. En tout cas c’est mon cas. C’est pareil pour plein de choses j’imagine. Je pense que y’a que dans le sexe où on ose se lâcher sans souci et suivre son instinct immédiatement, ça doit être les phéromones et l’excitation qui nous font perdre ce contrôle qu’on a sur nous.

Bref je vais avoir 32 ans et l’été va commencer, la plus belle saison de l’année, celle où l’on peut jouir de plus d’heures dans la journée et ça, ça n’a vraiment pas de prix. Le temps.

Donnez-moi du temps s’il vous plaît, pour faire toutes les choses que je rêve et qui me procure le plus de plaisir. Voilà mes 10 mn sont déjà écoulées alors que je me sentais apaisée à écrire. Je me souhaite une bonne journée ensoleillée avec plein de souriiiiire.

Laisser un commentaire